Le bouvreuil des Açores ou Priolo (Pyrrhula murina)

Un exemple de conservation d’une espèce rare en milieu insulaire.
lundi 8 février 2010 par Michel, Nicole , Herve

Le bouvreuil des Açores (Pyrrhula murina), ou Priolo en portugais, est une espèce endémique de l’est de l’île de Sao Miguel de l’archipel des Açores. Le dernier recensement en 2008 estime à 775 individus sa population, elle n’était que de 400 individus en 2003.

La BirdLife International considère le Priolo comme une espèce “gravement menacée d’extinction”.

Contrairement au bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula), le bouvreuil des Açores n’a pas de différence morphologique entre le mâle et la femelle.

Le Priolo à un territoire très limité géographiquement, on le retrouve seulement dans la Serra da Tronqueira où le sommet culminant est le Pico da Vara (1103 m.). C’est un territoire de moyenne montagne, constitué de basalte et qui est la partie la plus ancienne de l’île (4 millions d’années).

Priolo

Son habitat est la forêt de lauriers sauvages macaroniques ou laurisylve. Cette forêt était présente sur le pourtour du bassin méditerranéen lors de la dernière glaciation. Avec la déglaciation, elle a disparu de Méditerranée et ne se retrouve plus qu’aujourd’hui sur les îles de la Macaronésie
(Açores, Madère, Canaries  ).

La laurisylve des Açores est essentiellement composée de laurier (Laurus azorica), de houx des Açores (Ilex azorica), de bruyère (Erica azorica), de genévrier (Juniperus brevifolia), de moillef (Prunus azorica) et d’airelle des montagnes (Vaccinium cylindraceum), liste non exhaustive.

Le Priolo est totalement dépendant de la laurisylve. Son régime alimentaire est basé sur la période de floraison des espèces de la forêt. Chaque mois le Priolo change d’espèces de plantes ou de fougères pour se nourrir. Aux Açores, il est la seule espèce d’oiseau à manger des spores de fougères.

Le Priolo pose la problématique de conservation d’une espèce rare en milieu insulaire. Une île est un milieu isolé où l’espace et les ressources sont limités. La disparition de son habitat est la première cause de sa diminution démographique.

JPEG - 13.7 ko
Bouvreuil des Açores ou Priolo, adulte mâle
Photo de Pedro Monteiro

L’arrivée de l’homme au 15ème siècle a bouleversé le milieu naturel, avec comme conséquence majeure la destruction de la laurisylve.

En effet aujourd’hui les Açores représentent 25% de la production laitière du Portugal, une déforestation massive de la forêt originelle a été réalisée au profit de création de pâturages.

Le cèdre du Japon (Cryptomeria japonica) introduit au début du 20ème siècle, s’est bien adapté aux conditions de Sao Miguel. Progressivement de grandes portions de laurisylve ont été coupées pour faire place à sa culture, utilisé pour faire du papier et des palettes.

L’apparition d’espèces invasives est aussi un important problème. La présence de jardin botanique sur l’île a contribué à la dissémination d’espèces invasives telles que la longose jaune et rouge (Hedychium gardenarium) venant de la chaîne de l’Himalaya ou la Gunnera chilensis venant du Chili. Le pittospore ondulé (Pittosporum undulatum) originaire d’Australie a été introduit pour clôturer les champs d’orangers, aujourd’hui elle est l’une des espèces dominante à basse altitude. Elles ont une croissance plus rapide et sont plus grandes que les espèces de la laurisylve, les étouffant et les privant de lumière.

Les priolos étaient aussi régulièrement tués par les locaux qui protégeaient leurs vergers d’agrumes, le Priolo étant friand de fleurs d’arbres fruitiers. Avec la disparition du commerce de cultures d’agrumes dans la région cette pratique a disparue.

Enfin les rats sont une menace difficilement maîtrisable, ils pillent les nids en mangeant les œufs.

Depuis 2003 des actions de conservation sont entreprises dans le cadre du programme Life Priolo, terminé fin 2008. Un autre programme Life, appelé Laurisilva, est en cours depuis le début de l’année 2009 s’occupant des mêmes thématiques. Ces programmes sont coordonnés par la SPEA (Société Portugaise d’Étude des Oiseaux).

L’une des actions de ces programmes Life est d’augmenter le territoire de la laurisylve. En effet la Serra da Tronqueira fut utilisée pour la culture de cèdre du Japon, le programme a permis d’inverser le mouvement en rasant des pans entiers de zone de cèdres au profit d’une réimplantation d’espèces locales. Cette action est déjà couronnée de succès car en augmentant le territoire de la laurisylve, les priolos ont eu accès à plus de nourriture. On peut légitiment penser que cette action est la cause de l’augmentation de la population de Priolo constatée depuis 2003.

Le programme a financé une équipe de travailleurs locaux afin d’éradiquer les espèces invasives. La création d’emploi dans une zone dépeuplée et sans activité économique à part la production laitière, a donné une image positive au projet.

JPEG - 10.9 ko
Panoramique de la Serra da Tronqueira et de la laurisylve.
Photo SPEA LIFE
Priolo.

La construction du Centre Environnemental du Priolo permet d’accueillir et d’informer les touristes sur l’environnement de la région, mais aussi de divulguer auprès des écoles et d’apporter une sensibilité environnementale aux jeunes générations.

Aujourd’hui grâce aux programmes Life, le Priolo a vu son espace vital et sa population augmenter. De part et d’autre de l’île de Sao Miguel, des projets locaux fleurissent afin de sauver et de réimplanter la forêt originelle. De bonnes nouvelles pour le Priolo.

Je suis optimiste pour le Priolo. Même si le développement des infrastructures de l’île continue (réalisation d’une nouvelle route reliant Ponta Delgada à la ville de Nordeste) et si un arrivage massif de touristes est possible grâce à l’ouverture de lignes aériennes low cost
(actuellement seule une compagnie publique portugaise couvre les liaisons avec le continent rendant le prix du voyage peu attractif), les Açoriens ont pris conscience de leur patrimoine naturel et se tournent volontiers vers l’écotourisme. Le fait aussi qu’il existe très peu de plages de sable et que le climat soit très variable, devrait créer une sélection naturelle excluant le tourisme de masse.

Références bibliographiques et site internet :
Management of Natura 2000 habitats. Macaronesian laurel forests (Laurus, Ocotea) 9360.

Directive 92/43/EEC on the conservation of natural habitats and of wild fauna and flora. Technical Report 2008 23/24.

Ceia, R. 2008. Monitorização da população de Priolo. Relatório da acção F6 do Projecto LIFE Priolo. Sociedade Portuguesa para o Estudo das Aves, Lisboa.

Information sur le Priolo :
http://www.spea.pt/ms_priolo/fr/index.php?op=o_priolo

Information sur l’habitat du Priolo et les plantes qui le compose :
http://www.spea.pt/ms_priolo/fr/index.php?op=o_habitat_priolo

Plan de gestion programme Life Priolo :
http://www.spea.pt/ms_priolo/fr/index.php?op=plano_gestao

Photos de Pedro MONTEIRO


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5095 / 725037

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ornithologie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0