Du granite dans les formations sédimentaires du Jura

A quelques kilomètres au nord de Dole, le massif de la Serre offre un des rares affleurements du socle cristallin du Jura. Il s’agit d’un horst de granite d’une quinzaine de kilomètres de long sur environ 4~kilomètres de large, situé dans l’avant-pays alpin d’age dévono-carbonifère (daté d’environ 362 ma), limité au sud-est par une faille méridionale de direction NO45°E inclinée de 70° vers le sud-est et au sud-ouest par une faille de direction N150°E qui vient buter contre la précédente.

Ce granite offre un exemple du socle hercynien qui affleure exceptionnellement dans cette région majoritairement occupée par des formations sédimentaires de calcaires et de marnes et se remarque particulièrement bien dans le paysage par la nature des matériaux (« granite » sl et grès du trias) qui confèrent à la végétation un caractère silicicole tout a fait remarquable.

Aspect et composition du granite : il s’agit d’une roche rosée, cristalline, à texture équante et grain grossier dont les dimensions s’échelonnent de 2 à 5 mm. Le faciès est variable et peut offrir des aspects poprhyriques avec de plus grands cristaux (feldspaths de 2 à 4~cm)

Principaux minéraux :

Des micas :
biotite (mica « noir ») bien présent en lamelles de 1 à 5~mm de couleur brun à reflets cuivrés à l’œil nu et pleiochroïque dans les tons bruns en lm (voir clichés)

muscovite (mica « blanc ») en paillettes argentées moins abondante mais inégalement repartie suivant les faciès

Des feldspaths :
alcalins : orthose (potassique) présentant de belles macles qui peuvent être visibles à l’œil nu sur les cristaux de grande taille

plagioclases en beaux cristaux à macles polysynthétiques dont la composition correspond à un oligoclase (feldspath calco-sodique)

Du quartz en grands cristaux à facture souvent morcelée, témoins de phase de fragmentation sans doute tardive par rapport à la première phase de cristallisation.

On peut signaler également la présence accessoire de minéraux plus rares~ : apatite et zircon souvent inclus dans les lamelles de biotite, ainsi que des traces d’oxydes de fer : goethite.

Sa composition minéralogique en fait donc un granite monzonitique ( % équivalent des trois minéraux cardinaux : quartz et deux feldspaths) à deux micas.

L’observation au microscope (polarisant) permet de caractériser les minéraux, de préciser leurs relations, taille, ordre de cristallisation.

Cette description correspond au type moyen de granite de ce massif qui offre par ailleurs quelques faciès de nature légèrement différente par la texture ou les proportions des minéraux.

Ce contenu a été publié dans Géologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.