Année mycologique 2019 – Bulletin n° 24

par Gilbert MOYNE et Jacques PETIT
Mise en page Michel KUPFER

Météorologie 2019

Janvier débute sous la grisaille malgré les “Gilets jaunes” qui tentent de réchauffer l’atmosphère. Première neige vers le 9-10, froid et grisaille qui ne donnent guère envie de sortir. Quelques belles journées vers le 15 puis nuits très froides. Neige et froid la dernière semaine.

Léger redoux début février mais toujours des journées humides. Et puis, quelques belles journées ensoleillées mais les gelées nocturnes persistent. Les premières fleurs annoncent le printemps. La dernière quinzaine prend des airs d’été avec des températures entre 16-18°. Premières morilles le 26.

La pluie revient dès le début mars, accompagnée de giboulées assez froides qui se transforment en neige la deuxième semaine. Les rivières gonflent. Et puis l’anticyclone des Açores regonfle et le soleil revient mais accompagné de bise. Morilles et autres champignons disparaissent. Une quinzaine de jours de bise, ça ne facilite pas la mycologie.

Enfin et ce n’est pas un poisson, une journée pluvieuse dès le début du mois d’avril. Retour du frais et de la neige le 4. Du beau, de la bise, du sec presque tout le reste du mois. Enfin quelques précipitations la dernière semaine.

Très belle journée le premier mai mais rapide retour du gris, du frais et même du froid : des flocons en plaine et la neige tient sur les premiers plateaux. Alternance de pluies et d’éclaircies avec un peu de vent mais toujours du frais. A nouveau une forte bise froide qui ruine l’effet bénéfique des pluies. Et puis, le soleil arrive, tout doucement avec encore quelques pluies. Ça devrait commencer à pousser.

Juin débute sous de fortes chaleurs qui assèchent rapidement les lieux humides et se termine par une canicule qui n’arrange rien.

Juillet est encore plus chaud et plus sec et nous remet ça avec une nouvelle canicule bien éprouvante.

Quelques pluies en août mais insuffisantes et toujours suivies de fortes chaleurs, pas de cèpes, pas de chanterelles mais des rosés à profusion.

La sécheresse continue en septembre et nous glanons quelques espèces lors de nos sorties du mercredi qu’on hésite à poursuivre tant les résultats sont médiocres. Un peu de pluie arrive enfin en fin de mois. Un peu seulement.

Et puis avec octobre, c’est l’automne gris, pluvieux et plus frais mais de champignon, toujours pas. Quelques belles journées, quelques journées très pluvieuses, une explosion de Leucoagaricus leucothites la lépiote pudique dans les pelouses qui intrigue, Langermania gigantea, la vesse de loup géante en profite aussi. Et puis, une grosse poussée de cèpes et de roses des prés mais les russules et lactaires se font rares.

Novembre démarre avec un temps de Toussaint frais et gris. Toujours de la pluie et quelques belles journées. Les feuilles sont lentes à tomber et perdurent assez longtemps. Une profusion de champignons dans certaines forêts, rien dans d’autres… Le gris et le glu abondent. Premières gelées vers le 15 ainsi qu’un peu de neige sur les hauteurs. Fin de mois avec alternance de beau et de pluies, pas encore trop de gelées.

Quelques belles journées pour accueillir décembre mais fortes gelées nocturnes. Et puis le cycle belles journées, journées pluvieuses, froid, douceur… reprend. Douceur pour Noël et temps fort agréable pour la fin de cette année qui dans l’ensemble aura été marquée par la canicule et la sécheresse.

Gilbert Moyne

Ce supplément peut être téléchargé, avec le détail des réunions 2019.

Année mycologique 2019 – Bulletin n° 24

Ce contenu a été publié dans Actualités, Mycologie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.