Jean-Pierre Hérold nous présente celui qui va révolutionner… la ( haute ) Saône…

gobie demi lune

C’est le Gobie demi-lune, son nom latin est Proterorhinus semilunaris, originaire du bassin du Danube.

Il a progressé vers l’ouest par les canaux, donc il est arrivé à Cendrecourt par le canal de l’Est, et est signalé à Ray-sur-Saône… et il va continuer sa progression maintenant dans la Saône aval puis dans ses affluents… pourquoi pas l’Ognon ?

 On le dit invasif, et en compétition avec les autres espèces de fond. 

Il est bien présent sur le Rhin et la Moselle où les populations ont explosé il y a trois ou quatre ans.

D’après David Pierron, ingénieur fédération de pêche du Bas Rhin, ce sont les carnassiers qui, depuis, sont parvenus à réguler cette invasion car tous les prédateurs en profitent.

Les gobies sont des proies très faciles, peu mobiles. Les silures se sont notamment spécialisés sur les gobies. Dans ces milieux où tout est déséquilibré, l’espèce qui se développe en masse se fait prédater. 

Les gobies sont présents également en Hollande dans tous les lacs, canaux et bras du Rhin,  mais là, de façon pas du tout invasive. Les sandres et les perches s’en nourrissent beaucoup. 

Quelques captures sont signalées sur la Seine à Rouen cet hiver. Ceux de la Saône viennent donc très probablement du Rhin par les canaux ; et voilà donc une espèce nouvelle en région BFC ! 

Une prise d’un Silure de 2,50 m vient d’être homologuée dans la Saône  dans le secteur d’Auxonne, les prédateurs sont bien présents !

 Ainsi va la biodiversité…

Rappelons que 40 % des espèces de poissons présents actuellement dans la Saône, l’Ognon  et les rivières de FC, sont des espèces qui n’étaient pas présentes au 18ème siècle et antérieurement…

Les premiers à avoir apporté avec eux des poissons, ce sont les moines, au Moyen Age, pour faire maigre le vendredi et en carême ; ils ont creusé des étangs et mis des carpes communes, carpes cuir ou carpes miroir.

Et depuis, on a de multiples espèces allochtones, introduites volontairement ou non, ou bien qui ont progressé d’est en ouest via les canaux Danube-Rhin-Rhône ; ce sont :

amour blanc, aspe, black bass, carassin commun, carassin doré, carpe argentée, carpe à grosse tête, corégone(s), esturgeon(s), grémille, hotu, ide melanote, perche soleil, poisson chat, pseudorasbora, sandre, saumon de fontaine, silure, truite arc en ciel 

venus des Amériques ou de l’Orient et de l’Extrême Orient par tous les moyens de transport dont les hommes disposent, et pour faire du profit et du business !

 Ça roule ! ça navigue et ça vole ! 

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.