Hommage à Gilbert Michaud

Gilbert Michaud , professeur de Sciences Naturelles et ancien trésorier de la SHND est décédé en février 2020, ….

Gilbert est né en 1935 aux Crozets, village du Jura auquel il restera très attaché toute sa vie. Il décède à Besançon, mi février 2020. D’une famille modeste (père facteur et mère au foyer), il a deux sœurs son ainée, Raymonde, et sa jumelle, Simone.

Il fait ses études secondaires à Lons-le-Saunier où il acquiert son surnom de « Chaume », allusion à sa chevelure en bataille, et décide très vite de s’intéresser aux « sciences naturelles ». Jeune diplômé, il est nommé au lycée Georges Colomb de Lure où il exercera jusqu’à sa retraite en 1995.

Pendant cette période, il demeure à Vouhenans* avec sa famille, son épouse Claude et ses enfants, trois filles, Claire, Marie-Helène et Frédérique, et deux garçons, Stéphane et Bernard. Pour lui la famille c’est sacré et il faut des enfants impérativement  !

Professeur passionné il est très aimé de ses élèves et son rôle dépasse souvent celui d’enseignant. Avec ses collègues, il est à l’origine de la création d’un des premiers clubs INSERM Jeunesse, qui permet aux lycéens une ouverture sur le monde des sciences

(rencontres avec des chercheurs , visites de laboratoires comme le Généthon d’Evry). Il restera également très lié à des élèves ( promotion baccalauréat des années 70) qu’il appelait affectueusement les “anciens combattants du lycée Colomb »

Toujours volontaire, il fit même un replacement de plusieurs mois en Inde comme professeur de bio à Pondichéry

Une autre facette de Gilbert, ce sont « les copains » avec lesquels il fera de nombreuses balades nature, des voyages dans de nombreux pays du nord comme du sud (Madagascar en particulier avec 13 autres naturalistes comtois et un Suisse), avec toujours l’appareil photo, le carnet de note, la loupe et le marteau pour ne rien oublier et surtout bien observer  ! Très tôt membre actif du Groupe des jeunes naturalistes de Rougemont et d’autres structures militantes (à Champagnole et Lons-le-Saunier par exemple) ou savantes – la SHND entre autres -, il était également sensible aux valeurs liées au patrimoine, à travers la Confrérie de Saint-Vincent de Champlitte.

Gilbert devant un groupe de naturaliste (SHND) lors d’une sortie sur le terrain.

Et n’oublions pas le « fan » de foot et surtout de l’équipe de Sochaux dont il ne ratait aucun match  ! Il assista aux derniers, en novembre dernier, avec ses amis au stade Bonal .

Après sa retraite il retourne un temps à Cuttura dans le Jura, pas très loin des Crozets, et revient habiter à Besançon dans les années 2000.

Toujours féru de « Sciences’nat », il rejoindra le CA de la SHND et prendra le poste de trésorier qu’il occupera plusieurs années.

Il fut alors de toutes les conférences, de toutes les sorties (il en animera personnellement plusieurs, avec la verve et l’humour qui le caractérisaient.

En quelques mots, Gilbert était un bon père, un professeur aimé, un naturaliste aux multiples facettes et surtout un ami dont la fidélité était indéfectible.

La cérémonie de ses obsèques fut la manifestation de toutes ses qualités. Il en avait programmé lui même son déroulement et l‘émotion était à son comble en écoutant la chanson de Leo FERRÉ  : « Avec le temps, va, tout s’en va… » qui a parfaitement résumé ce qu’il était.


Au revoir, Gilbert  ! Toi pour qui les chemins tout tracés que la société conseille ou impose ne convenaient guère.


Nicole MORRE-BIOT, présidente SHND, Jean-Paul MÉNIGOZ, Jean Yves CRETIN, ses amis.

* le village de Vouhenans est célèbre  : en plus d’être celui de résidence de Gilbert, il fut le lieu de naissance de Pierre Joseph DESAULT, le plus grand chirurgien du 18° siècle…

Ce contenu a été publié dans Actualités, Évènements, SHND. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.