“Changements climatiques, interactions proies/prédateurs et stress environnementaux au Groenland”

Cette conférence aura lieu le mardi 11 avril, donnée par Antoine Dervaux, membre des expéditions en 2011, 2013 et 2016 et Mickaël Sage, membre des expéditions en 2014 et 2016, qui nous présenteront un résumé de leurs dernières expéditions.

Amphi A de l’UFR Sciences à 20h30 – Entrée libre


(affiche jointe)

Pour la 7ème année consécutive, une équipe de 6 personnes s’est rendue à l’été 2016 sur le site de « Hochstetter Forland » dans le parc national du Nord-Est Groenland, à plus de 75° de latitude Nord.

Soutenu par l’Institut polaire Français (IPEV), le programme «Interactions 2», codirigé par le Groupe de Recherche en Ecologie Arctique (GREA) et l’Université de Bourgogne Franche-Comté, a poursuivi cette année son développement à l’international. Les travaux de différentes équipes au Groenland et sur 10 autres sites (Alaska, Sibérie, Norvège…), dont celle du GREA présidée par le Dr. Olivier Gilg, consistent à étudier la faune et plus particulièrement les interactions entre les différentes espèces d’oiseaux et de mammifères face aux changements globaux et en évaluer les impacts directs ou indirects sur cette biodiversité arctique en pleine mutation.

En relation avec les dynamiques cycliques de populations de lemming, les études en cours sont centrées sur les interactions proies/prédateurs avec notamment le suivi du succès de reproduction des oiseaux nicheurs de la toundra ainsi que leurs déplacements. Par exemple, des balise GLS (également appelés « geolocators ») sur les bécasseaux, phalaropes et labbes permettent d’étudier les voies de migration de ces espèces jusque dans l’hémisphère sud. De la taille d’un haricot en grain et pesant moins de 1g, ces enregistreurs mesurent l’intensité lumineuse toutes les 5 minutes durant 2 ans. Grâce à des calculs spécifiques basés sur les heures de lever et de coucher du soleil, ils permettent, après avoir re-capturé les oiseaux l’année suivante, de retracer leurs voies de migrations et en déterminer le calendrier.

Cette année, un volet inédit au Groenland a été initié : neufs renards polaires ont été équipés de balises satellites Argos, par 3 équipes travaillant dans 3 secteurs situés à différentes latitudes.


Fonctionnant durant une année environ, ces colliers nous renseignent notamment sur la répartition des renards en hiver : sont-ils sédentaires, migrateurs, se nourrissent-ils plutôt à terre ou sur la banquise en fonction des sites ?

Autant de questions très importantes pour mieux connaître le fonctionnement de l’écosystème local mais pour lesquelles nous ne disposons aujourd’hui d’aucune réponse.

Les objectifs détaillés et résultats de ces expéditions sont consultables sur le site Internet du GREA http ://grearctique.free.fr

Ce contenu a été publié dans Évènements. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.